Le Mont Analogue

(Crédit image : René Daumal, Le Mont Analogue, coll. L'Imaginaire, Gallimard, Paris, 2017 [1981], p. 64)

Histoire des hommes-creux et de la Rose-amère

« Les hommes-creux habitent dans la pierre, ils y circulent comme des cavernes voyageuses. Dans la glace ils se promènent comme des bulles en forme d'hommes. Mais dans l'air ils ne s'aventurent, car le vent les emporterait.
Ils ont des maisons dans la pierre, dont les murs sont faits de trous, et des tentes dans la glace, dont la toile est faite de bulles. Le jour ils restent dans la pierre, et la nuit errent dans la glace, où ils dansent à la pleine lune. Mais ne voient jamais le soleil, autrement ils éclateraient.
Ils ne mangent que du vide, ils mangent la forme des cadavres, ils s'enivrent de mots vides, de toutes les paroles vides que nous autres nous prononçons.
Certains gens disent qu'ils furent toujours et seront toujours. D'autres disent qu'ils sont des morts. Et d'autres disent que chaque homme vivant a dans la montagne son homme-creux , comme l'épée a son fourreau, comme le pied a son empreinte, et qu'à la mort il se rejoignent. »

René Daumal, Une Brève histoire des lignes, coll. L'Imaginaire, Gallimard, Paris, 2017 [1981], p. 99-100.

PURVEINES